Saint-Laurent a perdu Yves

Yves Saint-Laurent changé en YSL puis en Saint-Laurent Paris : si seulement il n’y avait que cette transformation depuis l’arrivée d’Hedi Slimane chez Saint-Laurent en 2012… C’est tout l’univers d’Yves Saint-Laurent qui se trouve bouleversé. L’âme de cette maison de haute couture semble s’être totalement évaporée. L’époque de la femme forte et déterminée qui peut occuper les mêmes postes qu’un homme tout en restant chic et élégante (smoking pour femme) a disparu pour laisser place à une jeune fille presque rebelle et surtout androgyne.

Capture d’écran 2015-02-03 à 09.00.34

L’assimilation de l’image de la femme à celle de l’homme est une volonté propre à Hedi Slimane. Certes Yves Saint-Laurent a apprécié de son temps Hedi Slimane, ce dernier dénature le style d’Yves en rendant extrêmes des suggestions stylistiques d’Yves Saint-Laurent. Est-ce véritablement l’esprit profond souhaité par Yves ? La femme androgyne écarte l’image de la femme sensuelle qu’Yves Saint-Laurent a souvent mise en scène, même si Yves lui-même a fait une mode où le côté masculin prenait vie chez la femme. D’autre part, la monotonie du blanc et noir coupe court à la fantaisie propre du créateur initial qui choisissait des tissus fleuris, voire extravagants, comme dans sa collection mythique des années 1970 (collection hippie). Florale, évanescente, la femme hippie était joyeuse et sensuelle, elle est froide, rock et dure chez Hedi Slimane dans sa recréation de la collection hippie. Hedi Slimane troque l’émotion à la violence.

Capture d’écran 2015-02-03 à 08.56.22

Hedi Slimane intègre le grunge au luxe et remplace l’élégance et l’émotion par la banalité et le désastre. Le style choisi par Slimane est jeune et branché, ce qui contraste avec la beauté des courbes qui mettent en valeur la femme voluptueuse de feu Yves Saint-Laurent. Mais s’il n’y avait qu’un style changé qui respecterait toujours la clientèle originelle d’Yves Saint-Laurent. Il n’en est rien chez Saint-Laurent Paris : les tailles qui allaient du 38 au 46 ne vont plus que jusqu’au 42, qui taille d’ailleurs désormais comme un 40. Il y a donc une véritable volonté de changer de clientèle : non seulement le look de la collection n’a plus rien à voir, mais même les tailles ciblées ont été bouleversées. Le cuir utilisé très fréquemment par Slimane au cœur du style rock et agressif provoque. L’identité d’Yves Saint-Laurent se trouve transformée, oubliée, dépassée. Mais cela laisse place à une telle arrogance de la part d’Hedi Slimane : les jeunes femmes fortunées, qui n’ont pas connu la robe Mondrian, la saharienne, le smoking pour femme ou encore le trench qui ont été les pièces maitresses d’Yves Saint-Laurent et qui ont fait son succès, ignorent le véritable style d’Yves Saint-Laurent et assimilent du Slimane à du Saint-Laurent.

Capture d’écran 2015-02-03 à 09.00.49

Slimane va même jusqu’à appeler sa dernière collection Psych Rock et à choisir des égéries comme Marylin Manson, Courtney Love ou Daft Punk pour les campagnes publicitaires qui ont pour but de mettre en avant l’esprit de la collection de Saint-Laurent Paris. Que penser aussi de Pierre Bergé, ex-compagnon d’Yves Saint-Laurent qui soutient aussi coûte que coûte Hedi Slimane, alors que tous les fidèles d’Yves Saint-Laurent sont désespérés face à la perte d’élégance de cette grande maison de couture française. Ce soutien indéfectible serait-il tout simplement lié à des fins commerciales ?

10836350_10152972454246413_1348612392_n

 

Hedi Slimane veut « exposer » en un style Saint-Laurent la violence destructrice et réelle, mais personnelle, d’Yves. Cette confusion du dedans et du dehors est un contre sens total en regard de la finesse intelligente et sensible d’Yves.

2 commentaires

  1. Je suis pas vraiment d’accord avec cet article. Je fais partie de la Maison et j’ai vu plusieurs créateurs passer.
    Si je suis de votre côté concernant le nom de la maison qui a été injustement modifié je soutiens slimane dans toutes ces créations ! C’est le premier depuis le départ de Yves a puiser son inspiration dans les croquis de la maison. Depuis des années sur le podium on n’avait pas vu de smoking, de saharienne, du fameux motif bouches ou des rayures tennis que Yves avait créé et aujourd’hui les revoilà sur le podium avec un petit coup de jeune. Jamais du temps de Pilati ou de Ford des pièces emblématiques de la Maison n’avaient été reprise ! Je trouve justement que en temps que DA slimane arrive a parfaitement cerner l’univers de la femme Saint Laurent.
    Quand a la partie rock and roll et androgyne vous êtes trop jeune pour le savoir mais sachez que Yves saint Laurent n’a pas toujours été considéré comme une maison classique mais comme un avant garde qui a mis les femmes et les hommes sur le même pied d’égalité. Aujourd’hui d’ailleurs les mêmes pièces de la collection se retrouve chez l’homme et la femme pour renforcer cette égalité.
    Saint Laurent a fait défiler des femmes noires seins nues pour choquer et mettre en valeur le corps de la femme ce que slimane fait aujourd’hui avec des décollées et des jeux de transparences. Nous ne vivons plus a la même époque le niveau de modernité n’est donc pas le même !
    Enfin je souhaitais souligner que jamais les tenues de Saint Laurent n’étaient porter sur les tapis rouge lors de grandes cérémonies aujourd’hui on entend enfin son nom être prononcé lors de grandes cérémonies quand uns star donne le nom du créateur de sa robe. Un coup de jeune qui va donc dans la continuité de ce saint Laurent faisait avant de quitter la maison !!

  2. C’est vrai, je suis jeune, et peut-être que cette jeunesse me donne l’impudence du risque.
    C’est vrai qu’Yves Saint-Laurent est mort alors que je n’avais que 16 ans et en 2002 au moment de son arrêt créatif, 10 ans.
    Mais je m’y suis intéressée, j’ai vu ses collections sur le site de la Fondation Pierre Bergé, j’ai lu deux livres sur lui (Saint-Laurent, mauvais garçon et Une vie Saint- Laurent), j’ai aussi vu deux films (celui de Lespert et celui de Bonello), j’ai parlé avec sa mère au café Lamartine dans le 16ème arrondissement de Paris où elle allait tous les jours…
    Certes, la création d’une silhouette d’une femme portant un smoking ou une saharienne témoigne d’une volonté d’Yves Saint-Laurent de rendre la femme l’égale de l’homme, de la moderniser, mais dans ses dessins, il y avait toujours une grande sensualité et une forte générosité, malgré la rigueur du smoking. L’égérie Rebecca Ayoko, top modèle essentielle d’Yves, qui le premier a osé faire défiler une Africaine, avait une grâce et une volupté exceptionnelles. Non une vulgarité et une violence qui se dévoilent dans le « nouveau Yves », image rock qui emprunte au gothique quelque peu suranné et peu imaginatif.
    Je reste sur ma position. Yves Saint-Laurent a inventé en refusant le classicisme bourgeois de Dior. Il a réussi à sublimer une femme volontaire, parfois sportive, parfois lyrique, parfois féminine à l’excès mais toujours fruit de son imagination généreuse et non d’un égotisme, comme la définition le rappelle et la création actuelle l’incarne, centré sur lui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s