L’élégance libérée des centimètres – Petit éloge de la ballerine

1

Etre femme en chaussures plates ?! Fut un temps, c’était un mythe, une légende. Les talons de douze centimètres symbolisaient la féminité que nul autre soulier ne semblait pouvoir incarner. Tout du moins, pas avant l’entrée en scène de la ballerine !

C’est en 1932 que Jacob Bloch, un passionné d’opéra, crée à Londres un atelier de confection de chaussons de danse améliorés. Il les nommera par la suite « ballerines ».
Quinze ans plus tard, en 1947, Rose Repetto invente la technique du « cousu-retourné », incitée par son fils, le danseur Roland Petit. Ce procédé consiste à coudre la semelle du chausson à l’envers, puis de le retourner, ce qui apporte confort et souplesse. Madame Repetto utilisera cette technique dans la confection des chaussures de ville qui ont fait et font toujours la renommée de la maison.

La ballerine Cendrillon par exemple, créée en 1956 à la demande de Brigitte Bardot pour le film de Roger Vadim, Et Dieu… créa la femme, dont le décolleté sensuel laisse entrevoir la naissance des orteils, est toujours un classique revisité chaque année par la marque.

2

3

4
Collection 2007 : Repetto crée pour la marque Colette une Cendrillon en Vichy rouge et blanc

5
Collection 2012 : la marque « pixellise » la Cendrillon, à l’aide de petits carrés flous et multicolores

Tout comme de nombreuses demoiselles aux pieds meurtris par de longues soirées perchées sur des stilettos, Audrey Hepburn n’aimait pas les talons hauts (et elle n’en avait pas besoin). Dans Breakfast at Tiffany’s, Salvatore Ferragamo imagine pour elle des escarpins pointus à mini-talons, les prima ballerina qui se vendront à plus de 300 000 exemplaires.

6

En 2010, Tabitha Simmons, une styliste new-yorkaise s’en inspire et fait de la ballerine à bout pointu son modèle phare. Sur les podiums, alors que les talons vertigineux sont généralement de mise, Alberta Ferretti offre pour fin 2013 une alternative rafraîchissante : des ballerines à bouts pointus assorties à ses tenues.

7

8

9

10
Défilé Alberta Ferretti à Milan, Collection Automne Hiver 2013-2014

Aujourd’hui, la ballerine est bel et bien un basique de notre garde-robe et les créateurs s’en emparent avec fantaisie. Marc Jacobs et Charlotte Olympia rivalisent ainsi d’originalité avec leurs paires très cute, respectivement les ballerines mouse et kitty flats, qui connaissent un véritable succès et sont rééditées chaque année.

11

12

Autrefois chausson symbolisant la grâce et la légèreté des danseuses éponymes, la ballerine est désormais une pièce incontournable que presque toute femme aime à porter pour son confort ET sa féminité !

13

Marion Couturier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s