L’intemporelle Kate Moss

Née en 1974, elle débute sa carrière de mannequin en 1988. Elle pose tout d’abord pour des magazines britanniques puis, à peine âgée de 15 ans elle défilé pour Galliano. À 18 ans, Kate Moss est l’égérie de Calvin Klein.

Millionnaire dès 20 ans, elle est célèbre pour son incarnation du waif look (allure d’enfant abandonnée) dont elle est le fer de lance.

Elle est très vite critiquée pour sa maigreur, et atteindra l’apogée du dénigrement lors du scandale à propos de sa consommation de cocaïne.

Elle reste néanmoins un des grands mannequins des années 90 mais aussi des années 2000, comme l’explique Christian Salmon dans son livre intitule Kate Moss Machine.

Dans ce livre, Christian Salmon s’interroge sur les raisons du succès de Kate Moss, mais il y expose surtout une théorie des plus intéressantes : selon lui « Kate Moss personnifie la flexibilité, le nomadisme et le transformisme, précisément les idéaux-types du néo-management des années 1990. À travers le corps maigre et mobile de Kate Moss, se construit ainsi la figure d’un nouveau sujet, incertain, précaire, flexible et même « liquide », qui se déploie du début des années 1990 jusqu’à la crise actuelle. En ce sens, elle incarne à la fois la fin d’un monde et l’aube d’une ère nouvelle ». Il développe ainsi l’idée de l’émergence d’un mythe collectif à l’ère du néolibéralisme triomphant.

 S*

Publicités